lundi 29 décembre 2014

Treize raisons - Jay Asher

Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu'elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D'abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l'oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer...

Couverture Treize raisons
  • Titre VO : Thirteen Reasons Why
  • Auteur : Jay Asher
  • Éditeur : Albin Michel (Wiz)
  • Année de parution : 2010
  • Nombre de pages : 288 pages

(ou 17/20)

Treize raisons, c'était ce livre que je voyais à la bibliothèque depuis des années, sans le prendre. C'était ce livre dont quelques amies m'avaient dit du bien. C'était un livre intrigant, dont je repoussais pourtant automatique la lecture à plus tard. Nous étions comme deux étrangers qui se saluent constamment sans oser s'adresser la parole. À la longue, on finit toujours par avoir l'impression de connaître l'autre. 

Tout ça jusqu'à ce que mon amie Audrey l'achète et me propose de me le prêter. Bah, pourquoi pas, hein ? Eh bien, je la remercie de ce prêt (comme de tous les autres, hihi), parce que je serais passée à côté d'un livre spécial. À vrai dire, il entre pour moi dans une catégorie de livres que je n'arrive pas encore à cerner : ces bouquins que je dévore sans qu'il y ait vraiment d'action, ou de personnages exceptionnels, ou d'émotions si bouleversantes. Ces livres, bien que je m'explique mal pourquoi, me laissent un souvenir marquant et se comptent sur les doigts d'une main. Vraiment.

Le déroulement de cette histoire est très simple, il est donc facile de se laisser envahir par notre lecture. L'essentiel de l'histoire défile en une nuit, alors que Clay, un gars sans histoire, reçoit sept cassettes, contenant en tout 13 histoires. Chaque histoire implique une personne différente qui aurait, de près ou de loin, influencé le suicide d'Hannah Baker. Difficile de ne pas en être bouleversé ! Surtout pour Clay. Pourquoi lui, qui la connaissait à peine, serait responsable de sa mort ? C'est absurde. Impossible donc pour Clay d'ignorer ces cassettes, car il doit savoir qu'est-ce qu'il a bien pu faire de mal. Et c'est parti pour un périple nocturne au rythme de la voix d'Hannah...

J'ai aimé la fluidité de l'histoire. C'est simple et structuré. On y passe seulement une nuit, mais avec l’enregistrement d'Hannah, on survole plusieurs années. De plus, comme elle cible seulement les éléments qui ont chamboulé sa vie, on est toujours avide de lire la suite, sachant qu'elle nous réserve assurément quelque chose de troublant à propos d'une connaissance d'Hannah. L'ambiance, évidemment sombre, ne manque pas d'attirer notre attention également.

Il est à la fois perturbant et fascinant de voir comment de simples baisers, de simples phrases, ont pu chambouler la vie de Hannah. Au départ, je me demandais sérieusement comment elle avait pu en finir ainsi pour quelques petites mésaventures (dont une rumeur assez vache, je dois avouer), mais je me suis vite rendue compte que tout s’enchaînait pour gâcher sa vie. Certaines personnes ont été atroces avec elle. En quelques pages, je pouvais passer de la gorge serrée, au bord des larmes, aux yeux exorbités de colère et de surprise. Ce livre pourrait définitivement conscientiser les gens sur l'impact de leurs gestes sur les autres, y compris l'intimidation.

J'ai eu l'impression d'avoir une drôle de relation avec les personnages. Ils ne m'étaient pas désagréables, au contraire, mais je ne les ai pas non plus trouvés extraordinaires. En fait, ils étaient mystérieux, un peu lointain, mais c'était parfait. On ne savait pas grand chose sur Clay. Après tout, on ne passe qu'une nuit en sa compagnie et la plupart des histoires ne le concernent même pas. Hannah, elle, est évidemment dans toutes les histoires, mais on ne connait d'elle que les événements malheureux, ce qui nous donne forcément une vision un peu erronée. Bref, ça correspond parfaitement à l'ambiance de Treize Raisons !

Si j'ai adoré l'ensemble du roman (mais d'une façon un peu vague... Voyez, c'est ce que je voulais dire au début, au deuxième paragraphe), la fin m'a profondément déçue. Et je ne suis pas la seule de cet avis, j'ai deux autres avis pour m'appuyer (à savoir Audrey et son amie). En fait, la fin est encore plus vague que tout le reste du roman. Elle ne dit pratiquement rien ou, du moins, elle n'avait pas le symbolisme que j'attendais. Je dirais même que la réaction de Clay m'a semblé totalement stupide, vide de sens. Vous verrez par vous-même, mais j'ai demandé à Audrey si j'avais manqué quelque chose et puis... Non.

En résumé, j'ai adoré parcourir les cassettes d'Hannah (un plaisir un peu malsain en fait, si on y pense... Je crois plus que c'est de la curiosité). Mais rassurez-vous, je suis dotée d'un cœur, du moins, je crois, au nombre de fois où je suis passée à un cheveux de fondre en larmes. On y trouve de belles leçons de vie, sur soi et sur les autres. À lire.

8 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi : c'est un roman à lire ! Je l'avais aussi beaucoup aimé :)

    RépondreSupprimer
  2. Ta chronique attise ma curiosité concernant ce livre. L'intrigue annonce quelque chose de spécial

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'histoire est assez percutante et elle est présentée d'une façon originale ! Je te conseille d'essayer si tu en as l'occasion ;)

      Supprimer
  3. Une fin qui laisse libre cours à nos spéculations et nos hypothèses... Contente que tu aie aimé ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le cas de le dire ^^ Mais quand même... Drôle de réaction :P

      Supprimer