dimanche 3 novembre 2013

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre - Ruta Sepetys

« Lina est une jeune Lituanienne comme tant d'autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais un nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient. Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescente. Dans le camp, Andrius, 17 ans, affiche la même combativité qu'elle. »
  • Titre VO : Between Shades Of Gray
  • Auteur : Ruta Sepetys
  • Éditeur : Gallimard jeunesse
  • Année de parution : 2011
  • Nombre de pages : 416 pages

♥♥♥
(ou 17/20)

Les premières choses qui nous passent par la tête quand on songe à la deuxième guerre mondiale sont souvent les horreurs perpétrées sous le régime nazi. C'est pourquoi j'ai été surprise d'apprendre qu'il y avait un second revers à cette même médaille : les actions commises envers les pays baltes par Staline, en Russie, qui n'étaient pas moins pires que celles commises par Hitler. Seulement, ces horreurs ont été gardées secrètes pendant plusieurs décennies.

Ruta Sepetys nous dévoile comment la destinée des Lituaniens a été renversée du jour au lendemain dans un roman plus qu'émouvant. L'histoire est très touchante, surtout qu'on est conscient, tout au long de la lecture, que ces événements sont réellement arrivés à des milliers de gens.

On nous raconte l'histoire de Lina, dont la famille s'est fait arrêter en 1941 par le NKVD (l'armée russe) et qui est déportée dans une région reculée de la Russie suite à un voyage interminable dans des trains à bétail. Ils sont ensuite forcés à travailler dans des conditions épouvantables pour cultiver des betteraves. Chaque jour devient pour eux une lutte, de plus en plus dure, pour la survie du corps... et de l'esprit.

Au cours de son voyage en train, Lina fait la connaissance d'Andrius, un garçon séduisant, mais plutôt ténébreux à mon avis. Ils tombent amoureux l'un de l'autre, même dans l'enfer de leurs vies. Comme on dit : tant qu'il y a de l'amour, il y a de l’espoir ! Lina aura bien besoin d'un peu d'espoir, surtout quand elle sera déportée avec son frère et sa mère dans les tréfonds glacials de la Sibérie.

L'écriture de Ruta Sepetys décrit les événements avec justesse, sans tenter d'enjoliver le tout. Le roman en est ainsi très dur à lire, mais il est criant de l'affliction que ces gens ont pu ressentir face à toutes les abominations qu'on leur a fait subir.

Même si j'ai beaucoup aimé ce roman, j'étais insatisfaite de la fin. On ne sait pratiquement rien sur la façon dont ils ont été retrouvés, sur les retrouvailles de Lina et Andrius, etc, ce qui nous laisse bredouille à la fin de notre lecture. D'ailleurs, le médecin qui arrive à la fin... Vient-il les sauver ou ne fait-il que les soigner ?

Ce livre est enfin une lecture très saisissante que je vous recommande, ne serait-ce que pour connaître l'autre partie de l'histoire de la deuxième guerre mondiale, cette partie gardée secrète pendant trop longtemps.


5 commentaires:

  1. Il est à ma bibliothèque mais j'hésite toujours à l'emprunter! Contente qu'il t'ai plu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu l'aimeras toi aussi :) Je crois que tu devrais l'emprunter, surtout que Marie va t'en vouloir jusqu'à la fin de ses jours si tu ne le fais pas, haha :P !!!

      Supprimer
  2. Un magnifique roman c'est vrai :) Et très belle chronique aussi :)

    Et petit message à Méli : tu... HESITES A L'EMPUNTER ???? Grrrrr, honte à toi !!!! xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, haha :P Je crois qu'elle a intérêt à l'emprunter maintenant ;) !!

      Supprimer
  3. Joli article !
    C'est un livre que j'ai vraiment adoré, j'en ai fait une chronique ( https://voyageauboutdelhistoire.wordpress.com/2016/05/20/ce-quils-nont-pas-pu-nous-prendre/ )
    Je comprend aussi ta frustration sur la fin, on aurait envie d'en savoir un peu plus, et ça ne m'aurait pas dérangé que le livre fasse une centaine de pages en plus pour développer cette fin, mais je comprends qu'il faut malheureusement que le livre s'arrête à un endroit, et ça montre au moins qu'elle a survécu ;)
    Camille

    RépondreSupprimer