dimanche 2 juillet 2017

Mosquitoland - David Arnold

Je m'appelle Mary Iris Malone, et je ne vais pas bien.

1. Ma mère est partie.
2. Elle est malade.
3. Mon père a une copine.
4. Il me croit folle.
5. Et je ne vous parle même pas du GROS SCOOP…

Alors j'ai décidé de prendre la route. Distance à parcourir : 1524 km.

  • Titre VO : Mosquitoland (aussi)
  • Auteur : David Arnold
  • Éditeur : Milan
  • Année de parution : 2017
  • Nombre de pages : 349 pages
(ou 16/20)

Ce livre m'avait bien tapé dans l’œil depuis sa parution en version originale (la couverture est trop belle ♥), aussi ai-je été très heureuse d'apprendre qu'il serait traduit en français. Je suis donc ravie d'annoncer aujourd'hui que son contenu est à la hauteur de sa beauté extérieure ! Merci à Hachette Canada pour l'envoi du roman. 

Mosquitoland raconte l'histoire de Mim (Mary Iris Malone), une adolescente un peu étrange qui décide de fuguer de la maison de son père pour rallier en autobus Cleveland, où se trouve sa mère. Durant ce road-trip en bonne et due forme, Mim rencontrera une poignée de gens tous plus ou moins particuliers, en plus de vivre une série d'événements rocambolesques. Seront par ailleurs mis en scène : une piscine sur le toit d'une station d'essence, de la cycloperie, New Chicago, de la nourriture avariée et un maquillage de guerre. 

J'ai sincèrement adoré suivre les aventures de Mim, même si j'ai été troublée par quelques incohérences. L'histoire en tant que telle avait une belle originalité et un enthousiasme contagieux, malgré les thèmes plus lourds abordés. Sans aucun doute, c'était une lecture colorée sans prise de tête, parfaite pour l'été ! On ne savait jamais ce qui allait arriver, tant les péripéties étaient éclatées et divertissantes. Après, j'ai admiré la façon avec laquelle certaines problématiques ont été abordées, tandis que d'autres m'ont laissée perplexe. Le thème de la différence, très présent dans le roman, était particulièrement bien exploité dans le cas d'un personnage (je ne vous dirai pas son rôle) atteint de la trisomie 21. L'auteur a fait en sorte que ce personnage soit plus qu'une ''personne simplette qui fait des câlins'' et ça m'a fait plaisir de lire ça. Le thème du harcèlement sexuel, sans être totalement approfondi, faisait réellement froid dans le dos. D'un autre côté, j'ai trouvé que le thème de la santé mentale était maladroitement amené. De nombreux personnages sont censés souffrir de troubles mentaux, mais l'ensemble m’apparaissait comme plutôt caricatural. Mim elle-même souffrait de schizophrénie, mais j'ai presque fini par en venir à la conclusion qu'elle n'avait rien du tout et que c'était son père qui déconnait (chaque fois que je croyais qu'elle avait une ''hallucination'', c'était réel / les supposées voix dans sa tête ressemblaient à des pensées que j'aurais pu avoir / et ses crises de folie quand elle était enfant s'apparentaient définitivement à un jeu). Finalement, l'auteur passait parfois rapidement sur certains événements cruciaux, dont la fin, ce qui avait définitivement tendance à m'agacer.

Mim avait du caractère, ce qui n'était pas sans me déplaire. Elle me faisait bien rire. J'ai aimé sa joie de vivre et sa sincérité, ainsi que toutes les petites particularités qui la rendaient unique. Comme je l'ai mentionné précédemment, le personnage trisomique m'a énormément plu, si ça n'a pas carrément été mon coup de cœur. Il était débrouillard, intelligent (bien qu'il ne pensait pas toujours comme tout le monde) et oui, bon, adorable. Un autre personnage rencontré au cours du voyage était assez touchant. C'est d'ailleurs celui qui est passé le plus près de me faire pleurer. D'autres personnages étaient terrifiants, loufoques, attachants. C'est une belle brochette de personnages que nous propose ce bouquin. 

J'ai particulièrement apprécié la nature des relations entre les personnages. À un moment, j'ai eu peur qu'une certaine romance prenne toute la place, mais ça n'a pas été le cas. Je crois que l'authenticité du livre aurait été entachée si l'auteur avait poussé la romance plus loin. À la place, de très belles relations d'amitié diversifiées ont été mises de l'avant avec brio.

J'ai globalement aimé le style d'écriture de l'auteur. De sa plume sont nés plusieurs passages magnifiques, que je n'ai pas manqué de marquer avec des post-its. Le texte était bien travaillé, truffé de figures de style saisissantes. Toutefois, par moment, j'avais l'impression que l'auteur essayait trop d'impressionner le lecteur, ce qui cassait momentanément l'ambiance. Dans ces cas-là, il m'arrivait même de m'interroger sur ce que je lisais : métaphore, hallucination ou réalité ? Je dois également mentionner un abus de l'expression ''(in)confortable promiscuité'', bien que je ne sache pas si c'est dû à la traduction. J'en étais au point où je les comptais, tellement l'expression était redondante (le record : 2 fois en 5 lignes).

En conclusion, Mosquitoland fut une lecture fort agréable, mais un peu trop imparfaite. Elle m'a permis de me détendre, de réfléchir un brin, de rêver, de rire et de grincer des dents (parfois). Néanmoins, elle débordait d'originalité et de couleurs. Je recommande définitivement le livre pour la saison estivale, vous ne regretterez pas :) 

Merci à Hachette Canada pour l'envoi !

Résultats de recherche d'images pour « hachette canada »



12 commentaires:

  1. Ce livre à l'air vraiment chouette :)

    RépondreEffacer
  2. Je n'en avais jamais entendu parler, mais tu m'as définitivement donné envie d'en savoir plus !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Tant mieux alors ^^ Ça serait triste de passer à côté ;)

      Effacer
  3. Réponses
    1. Dans le genre, il vaut totalement le coup ^^ (bah dans les autres genres aussi, mais bon :P )

      Effacer
  4. Tout comme toi, ce roman m'a tapé dans l'oeil! Je compte donc y lire plus d'avis pour me faire une meilleure idée!

    RépondreEffacer
  5. J'ai prévu de lire ce livre cet été, j'espère qu'il me plaira aussi ;)

    RépondreEffacer
  6. Je ne connaissais pas mais pourquoi pas :D

    RépondreEffacer