mercredi 24 septembre 2014

Il était fait pour moi - Rebecca Serle

Shakespeare n’a rien compris. Roméo et Juliette ? Complètement à côté de la plaque. Deux amants maudits, déchirés par leur famille et par le destin. Lamentable histoire.
La vérité, c'est qu'il y avait quelqu'un dans le tableau avant que Juliette arrive. 
Quelqu'un que Roméo aimait beaucoup : Rosaline. Moi.
Juliette n'était en rien une douce et innocente jeune fille écrasée par la fatalité. Elle avait choisi sa destinée. Et Roméo ? Roméo, lui, avait déjà une âme sœur. Il était fait pour moi !
C'est avec moi qu'il aurait passé le reste de l'éternité si...

  • Titre VO : When You Were Mine
  • Auteur : Rebecca Serle
  • Éditeur : Hachette (Bloom)
  • Année de parution : 2013
  • Nombre de pages : 378 pages

(ou 17/20)

Si j'ai récemment décidé d'approfondir mes connaissances sur Roméo et Juliette (ma chronique ici), c'est principalement parce que je savais que je voulais par la suite lire Il était fait pour moi, livre basé sur les fondements de la célèbre tragédie. Pourtant, cette fois, c'est une version totalement différente qui nous est proposée.

Apparemment, Shakespeare a tout faux : cette Juliette n'était pas la première et la plus belle, ou, du moins, sa personnalité n'était pas aussi angélique qu'elle le prétendait. Elle n'aurait jamais dû tomber dans les bras de Roméo, parce qu'il y avait déjà quelqu'un. Cette personne n'était nulle autre que Rosaline Capulet, la cousine de Juliette. Ils étaient faits l'un pour l'autre.

A priori, quand on parcourt la quatrième de couverture, on est convaincus que le roman se déroule dans le passé, au moment où entre en scène l'histoire initiale de Shakespeare. J'ai donc été étonnée de constater que Il était fait pour moi se situe en Californie, au 21ième siècle. Je dois avouer avoir été un peu déçue au départ, parce que je me retrouvais finalement plongée dans un petit groupe sélect , hautement populaire et superficiel, le tout au cœur d'une école secondaire. Les trois filles du groupe, dont Rosaline, se prenaient carrément pour les reines du monde. Vous pouvez donc imaginer le mal que j'ai eu à m'attacher à eux (sauf si, évidemment, vous entretenez un fanatisme pour les petites filles bien riches qui se croient meilleures que tout le monde !).

En fait, j'ai compris que je m'étais attachée aux personnages quand j'ai eu le goût de balancer le livre au bout de mes bras. Non. Plutôt de rentrer dans le bouquin et d'aller gifler Rob (alias Roméo) de toutes mes forces et d'aller arracher les cheveux de Juliette. Je ne rigole pas, j'étais furieuse ! Pour vous faire une histoire courte, j'aimais beaucoup Rob, mais surtout le couple Rob/Rosaline. Seulement, voilà, Juliette, l'affreuse Juliette, est arrivée dans le décors et a carrément piqué Rob SOUS le nez de Rosaline. Je vous assure, c'était ignoble.

Finalement, plus ça allait, plus je me suis attachée aux personnages. Je comprenais la blessure de Rosaline, pas que ça me soit déjà arrivé de me faire tromper de la sorte, mais seulement par l'écriture. Je percevais la tristesse de Charlie, en qui la mort de sa mère a laissé une trace indélébile. J'ai même légèrement sympathisé avec Juliette quand elle s'est un peu ouverte à sa cousine. Il y a un autre personnage qui a finit par bien me plaire, mais je ne peux pas en parler. Bref, ce livre nous apprend à ne pas se fier à notre première impression sur les gens, mais aussi sur celles qu'on a des situations.

Quand j'ai refermé le roman, j'ai compris qu'une belle leçon se dissimulait entre les pages de ce récit à l'apparence superficielle. Tout ce roman, c'est l'illustration de notre destin, de tous les chemins qu'on a la possibilité de prendre, parce qu'après tout, nous sommes les seuls à pouvoir construire la vie qu'on mérite réellement.

Évidemment, l'auteure a dû modifier nombre de détails de la pièce originale pour l'adapter à la situation actuelle ou au point de vue, qui est ici celui de Rosaline. Mais j'aimais beaucoup retrouver toutes les allusions, petites ou évidentes, à l'histoire originale. D'ailleurs, pour ceux qui ne le sauraient pas, Rosaline existe réellement dans le texte original de Shakespeare. C'était une excellente idée de la part de l'auteure d'imaginer sa réaction à elle face aux événements.

En résumé, Il était fait pour moi est un roman qui m'a surprise. J’espérais un bon roman, puis j'ai eu peur d'être tombée sur un roman fade, sans profondeur, Finalement, c'est sur des personnages se révélant sensibles et qui ont interpellé mes émotions que je suis tombée. J'ai aussi profité des passages romantiques qui m'ont fait rêver, d'une écriture intéressante. Sûrement pas le roman du siècle, mais une belle découverte qui profiterait à être un peu plus connue !



8 commentaires:

  1. Je suis totalement d'accord : j'ai aussi eu envie d'aller gifler Rob (et Juliette aussi d'ailleurs). Je les ai détesté ! Sinon j'ai bien aimé ce livre :)

    RépondreSupprimer
  2. Le fondement de ce roman a l'air d'être intéressant ! Merci pour cette découverte :)

    RépondreSupprimer
  3. Il a l'air intéressant. Après j'ai toujours peur des romans basés sur des classiques

    RépondreSupprimer
  4. J'avais repéré ce livre et il me tente toujours autant, il faudrait que je le lise :)
    ~Maya~

    RépondreSupprimer
  5. Je suis bien contente qu'il t'ait plu ! J'avais énormément aimé et été très surprise par la fin !

    RépondreSupprimer
  6. Le résumé m'a tout de suite emballé mais le fait que l'histoire se passe au XXIème siècle contrebalance un peu mon enthousiasme j'avoue :)

    RépondreSupprimer
  7. Des passages romantiques ? Oooooooh je vais craquer ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Il me tente depuis si longtemps celui-ci, ta chronique n'arrange pas son cas ! (enfin si un peu :p)

    RépondreSupprimer