vendredi 4 juillet 2014

Mistik Lake - Martha Brooks

Par une nuit glacée de l'hiver 1981, dans le Grand Nord canadien, une voiture fit une folle virée sur la surface gelée de Mistik Lake, puis dérapa avant de couler à pic. Des quatre jeunes occupants, il y eut une seule survivante : Sally. Ce tragique accident est le point de départ d'une histoire de famille, avec ses secrets, ses non-dits, ses révélations... Aux côtés de ses deux sœurs cadettes, Janelle et Sarah, la jeune Odella devra bientôt affronter le passé de leur mère, Sally, et son propre destin.
Couverture Mistik Lake

  • Titre VO : Mistik Lake
  • Auteur : Martha Brooks
  • Éditeur : Éditions Alice
  • Année de parution : 2010
  • Nombre de pages : 246 pages
 et 1/2
(ou 14/20)

Cette lecture m'a laissée avec un avis totalement mitigé, notamment à cause de la première moité qui était très, mais alors là, très, loin d'être aussi intéressante, attrayante et bien construite que la seconde partie. Dû à ce déséquilibre, je ne peux que mettre une note moyenne, mais s'il n'en était que de la fin, mon cœur aurait probablement balancé pour une note frôlant le coup de cœur.

L'histoire se situe dans le Manitoba, entre Winnipeg et Mistik Lake, ce qui signifie que c'est relativement près de chez moi (bon, près... Selon les standards canadiens... Disons qu'il faut 27 heures pour s'y rendre :P ). Bien que je ne sois jamais allée dans le Manitoba, je pouvais tout de même bien m'imaginer les paysages, assurément très semblables aux paysages québécois !! Enfin bref, au cœur de ce petit bout de pays, la famille McLean recèle de secrets et d'incidents de parcours, comme l'accident sur le lac impliquant la mère d'Odella. Au milieu de tous ces souvenirs du passé, Odella, jeune fille de 17 ans, doit tant bien que mal essayer de trouver sa place.
Bon maintenant, pourquoi un tel écart d'appréciation entre le début et la fin ? En gros, le début est aussi chaotique que la fin est simple, douce, claire, un peu comme un excellent rêve. On regrette vraiment le gâchis du début quand on voit ce que Martha Brooks est capable d'écrire vers la fin. Pourtant, dans le premier volet du roman, on saute d'un personnage à l'autre, d'une époque à l'autre, d'une ville à l'autre, sans même nous fournir des informations pertinentes au déroulement de l'histoire ou suscitant l'intérêt réel du lecteur. En moins de dix pages, Odella et ses sœurs ont grandi d'une demi-douzaine d'années, sont passées du chalet à leur appartement, tout ça pour se tortiller dans un lit et regarder des vieilles photos. Je crois que l'auteure voulait faire un énorme résumé de la vie de Sally, sous forme de flash-backs, mais le tout en 70 pages. J'étais complètement perdue, je n'arrivais pas à m'attacher aux personnages, seulement à en mépriser certains.

Je n'ai aucune idée de ce qui s'est passé dans la tête de l'auteure entre le début et la fin du livre, mais on dirait qu'elle a appris à écrire une histoire compréhensible au fur et à mesure qu'elle avançait dans la rédaction de son bouquin. La deuxième partie est fluide, adorable, touchante. J'ai enfin réussi à cerner Odella, le personnage principal. En fait, l'histoire était si belle que je l'ai dévorée en un seul avant-midi. Améliorations notables ? D'abord, l'auteure cesse enfin d'essayer de nous montrer l'histoire en différentes brides de souvenirs et se concentre principalement sur le point de vue actuel d'Odella. Après, il y a Jimmy. Lui, c'est mon petit chou chou du roman, un garçon attachant et romantique qui ferait tout pour sa Odella. S'ensuit évidemment une histoire d'amour qui m'a fait fondre par son authenticité. Il n'y a rien d'extravagant entre ces deux là, mais c'est ce qui fait le charme des derniers chapitres. En quelques mots, la fin est tranquille, dans le sens où l'action est concentrée sur le quotidien du couple au chalet, romantique, mais surtout enfin réellement révélatrice.

Pour ce qui est des enjeux de l'histoire en général, ils ont leurs bons et mauvais côtés à la fois. J'ai été un peu déçue de voir que, finalement, l'accident du lac ne servait pas tellement à l'histoire, qu'il était surtout là pour expliquer que Sally, la mère des trois sœurs McLean, soit alcoolique. Néanmoins, j'ai aimé que la tante de Sally soit lesbienne, parce qu'on voit rarement l'homosexualité du point de vue d'une personne assez vieille. En tout cas, pratiquement tous les homosexuels que j'ai pu rencontrer dans un bouquin avaient moins de vingt ans et n'avaient pas vécu vers 1950 comme Gloria !! Bref, d'autres secrets de famille ont été assez bien exploités, mais je ferais mieux de ne pas vous révéler ceux là...

J'ai pu mieux apprécier les personnages une fois que j'ai pu comprendre leurs agissements. Odella est passée d'enfant fade et bizarre, à jeune fille sensible et intelligente. Janelle est devenue plus mature, ce qui me plaisait beaucoup plus. Sarah, la plus jeune, était très mignonne. Gloria (la tante), quant à elle, me semblait plus servir de pont entre ses souvenirs de jeunesse à elle (évidemment), ceux de Sally et ceux d'Odella, donc je la sentais plus extérieure à l'histoire. Pour ce qui est de Sally, j'ai détesté la Sally adulte, lâche et molle, ce qui est bien dommage, car sa version adolescente m'intéressait énormément. Et puis, il y a Jimmy, qui est juste lui ♥

La plume de l'auteure avait un bon potentiel, du moins, dès qu'elle lâchait les souvenirs confus. Non seulement elle décrivait à merveille l’environnement de Mistik Lake, mais il y avait aussi une touche vintage, tout au long du roman, dont j'étais folle. Évidemment, le livre se passait en 1981, ce qui aide pas mal, mais même les passages se déroulant plus tard avaient cet atout charmant. Le garçon au pick-up, le ciné-parc... J'adorais !!

En résumé, si vous tombez sur Mistik Lake, n'accordez pas trop d'importance à la médiocre introduction et attardez vous plutôt sur la charmante histoire rétro d'Odella et Jimmy !!

6 commentaires:

  1. Dommage pour l'impression mitigée, si déjà tu as accroché avec les personnages c'est bien :)
    PS : je t'ai taguée http://cap-lecture.blogspot.fr/2014/07/tag-liebster-award.html

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, c'est toujours un bon début :)
      Tag : C'est fait !!

      Effacer
  2. Je t'ai taguée: http://leslecturesdecarla.blogspot.fr/2014/07/tag-1-portrait-chinois-livresque.html

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ne t'en fais pas, il n'est pas oublié :)

      Effacer
  3. Dommage que ce soit un avis mitigé malheureusement je ne pense pas lire ce roman, il ne me tente pas plus que ça!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bof, de toute façon, ce n'est pas le roman du siècle !! Et je ne suis même pas certaine qu'il soit publié en France...

      Effacer