mercredi 23 mai 2018

Eliza et ses monstres - Francesca Zappia

Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fille timide, intelligente, un 
peu étrange et... qui n'a pas d'amis.

Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de 
La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire.

Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, 
son alter ego est une véritable star.

Mais Eliza ne peut s'imaginer aimer le monde réel plus 
qu'elle n'aime sa communauté numérique.

Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se 
demandersi la vie ne mérite pas d'être vécue hors ligne...

  • Titre VO : Eliza and her Monsters
  • Auteur : Francesca Zappia
  • Éditeur : Collection R
  • Année de parution : 2018
  • Nombre de pages : 394 pages 
♥♥ et 1/2
(ou 13/20)

J'ai l'impression d'attribuer une note bien basse pour un roman qui m'a au final assez plu, mais je suis convaincue d'avoir légèrement préféré l'autre roman de l'auteure, Je t'ai rêvé, à celui-ci... et pourtant je lui avais attribué 15/20. Bref, dans une tentative d'être cohérente avec moi-même, je me vois dans l'obligation d'attribuer 13/20 à ce roman, qui comporte après tout son lot de petits et moyens défauts. Toujours est-il que j'ai beaucoup aimé la majeure partie du roman, alors je remercie Collection R Canada pour cette lecture :) 

La prémisse de l'histoire a tout pour plaire aux plus nerds d'entre nous, ceux qui adorent fouiller les méandres d'Internet pour dénicher les informations les plus récentes sur leurs séries fantasy préférées (ok, je dis fantasy, parce que c'est ce dont il est question dans ce livre), ceux qui dévorent les fanfictions et aiment en parler avec d'autres fans en ligne. Voyez-vous, Eliza Mirk est à la tête de l'une de ces séries de bande dessinée si populaires. Sur Internet, elle est LadyConstellation, reine du forum, admirée par tous ses sujets. Toutefois, si elle est aussi investie dans sa vie virtuelle, c'est peut-être qu'elle n'a pas grand-chose pour la rendre heureuse dans la réalité. À l'école, elle fait peur aux gens et traîne constamment seule, à gribouiller les prochaines pages de son webcomic. À la maison, elle se sent comme le petit canard à la patte cassée dans une famille de sportifs extravertis. À vrai dire, elle se sent un peu seule au monde... jusqu'au jour où arrive dans son lycée Wallace, un fan de la série qu'elle a créée. 

 

Dans l'ensemble, je ne peux pas nier que j'ai aimé l'ambiance et le concept de l'histoire. Le livre m'a à la fois rappelé Silence Radio, de Alice Oseman ; Fangirl, de Rainbow Rowell ; et Nos Étoiles Contraires, de John Green (mais seulement pour la partie Peter Van Houtten). En soi, on pourrait se dire qu'il s'agit là d'un excellent mélange, surtout que la plupart de ces livres ont été d'énormes coups de cœur pour moi. Seulement, le problème est là, Eliza et ses monstres n'apporte pas grand-chose au sujet de la fangirl qui aime se réfugier dans sa chambre. Tant qu'à chercher un roman sur les fandoms, j'ai trouvé le roman Silence Radio beaucoup mieux exécuté (voire parfaitement exécuté), ou, du moins, il se rapprochait plus de mon ressenti face à cet univers ET il amenait à des réflexions bien plus poussées. 

Certes, l'ambiance reste très agréable et l'on a rarement TROP de livres sur les fangirls et les fanboys. J'ai par ailleurs beaucoup apprécié le format du roman, qui mélangeait texte en prose, échanges sur les forums et extraits de la bande dessinée d'Eliza, La Mer infernale. L'histoire se lisait bien et maintenait un léger suspense, bien qu'il se laissait assez facilement deviner. Les péripéties vécues par les personnages étaient parfaitement crédibles, ce qui est bien, parce que les seuls points négatifs affectant l'autre livre de l'auteure concernaient cet aspect. 


Je ne parlerai pas beaucoup des personnages, puisqu'Eliza ne fréquente pas grand monde. Bien sûr, il y a ses amis en ligne, mais je n'ai pas eu l'impression de beaucoup les connaître. Eliza était sympa, mais je dois avouer qu'elle était un peu trop associée à la solitude et à la maussaderie pour mon goût. Bien sûr, ce n'est pas un problème a priori, mais parfois j'en ai un peu marre qu'on renforce l'image du nerd associable. On peut très bien être une fangirl et aimer voir du monde, la modération c'est bon dans tout, mais bref, j'avais eu un peu le même problème avec le livre de Rainbow Rowell, ce qui m'avait poussée à écrire un article de réflexion sur les attentes que l'on peut avoir envers les personnages d'un livre. Remarque, j'aurais probablement fini par me fâcher aussi si j'avais eu une famille comme celle d'Eliza. Ils n'avaient pas forcément de mauvaises intentions, mais disons qu'ils ne faisaient pas grand-chose pour essayer de comprendre leur fille et/ou qu'ils s'y prenaient très mal. Pour ce qui est de Wallace, je ne peux que signifier ma satisfaction de le voir arriver dans la vie d'Eliza. Ça leur a fait du bien à tous les deux et la romance qui en a découlé était assez mignonne. Malheureusement, Wallace a eu un comportement assez problématique vers la fin du roman et ça n'a pas eu plus de répercussions que ça, alors je crois que je suis toujours perturbée et un peu déçue par ce dénouement. 

En conclusion, Eliza et ses monstres m'a un peu déçue. J'ai passé un agréable moment de lecture, mais sans plus. À mon avis, quelques longueurs auraient pu être supprimées, à moins qu'elles aient été remplacées par l'approfondissement des thèmes abordés, notamment ce passage douteux avec Wallace qui, sans être enlevé, aurait pu mener à une meilleure réflexion. Je retiendrai néanmoins le développement psychologique de certains personnages (qui ne peuvent être mentionnés sous peine de spoilers) et cette dévotion qu'avait Eliza pour son univers fictif. 

Merci à Collection R Canada pour l'envoi ! 
Cliquer ici pour voir les options

12 commentaires:

  1. Ma collègue m'a dit la même chose, du coup je ne suis pas pressée de le commencer :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouain... Disons que je te conseille surtout Je t'ai rêvé si tu ne l'as pas encore lu !

      Supprimer
  2. Je n'ai toujours pas découvert cette auteure mais je préfère commencer par Je t'ai rêvé.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais adoré je t'ai rêvé, alors même si je ne pense pas retrouver ce coup de cœur dans Eliza et ses monstres, j'aimerais bien le lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair qu'il vaut toujours mieux se faire sa propre opinion et, de toute manière, j'ai tout de même passé un agréable moment en lisant ce livre, ce qui n'est pas négligeable ;)

      Supprimer
  4. La couverture m'attire beaucoup, mais je ne suis pas certaine de beaucoup apprécier au final... même si, malgré les défauts que tu cites, ça m'intrigue pas mal ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha, finalement tu as l'air pas mal indécise, autant le lire pour t'en faire une idée fixe :P !

      Supprimer
  5. Vraiment dommage qu'il ne t'ai pas plu. Je pense que je le lirais mais seulement si je le trouve à la bibliothèque :)

    RépondreSupprimer
  6. J'avais aussi beaucoup aimé Je t'ai rêvé, je testerai quand même celui là !

    RépondreSupprimer