vendredi 15 août 2014

Dis-moi que tu m'aimes - Francisco de Paula Fernandez

Aujourd'hui le cœur de Paula bat à tout rompre. Enfin, elle a rendez-vous avec lui. Ils se parlent depuis des semaines sur Internet, c'est comme s'ils se connaissaient déjà. Elle s'installe au café, savoure un caramel macchiato et attend, attend. Quand il se passe quelque chose de follement romantique qui va changer sa vie...
Un chassé-croisé amoureux où l'on sillonne les ramblas jusqu'au petit jour et où les churros grignotés à deux deviennent le petit-déjeuner le plus sexy du parc de Gaudí. Cet été, c'est sous le soleil de Barcelone que fondent les cœurs.


  • Titre VO (en espagnol...) : Canciones Para Paula
  • Auteur : Francisco de Paula Fernandez
  • Éditeur : Albin Michel (Wiz)
  • Année de parution : 2012
  • Nombre de pages : 634 pages

(ou 0/20)

Aux premiers abords, ce roman s'annonçait comme une lecture charmante pour l'été, une belle histoire d'amour, peut-être un brin sensuelle, avec comme décor la ville de Barcelone et le chaud soleil d'Espagne. Je m'attendais à un roman qui se lirait vite, malgré ses 634 pages, et qui me ferait rêver à fond. Je ne pouvais pas mieux me tromper.

Paula a rencontré Angel sur Internet il y a de cela deux mois. Depuis, à force de parler, ils sont tombés amoureux sans même se voir. Mais voilà que le jour où les deux prévoient de se rencontrer en vrai, Angel ne se présente jamais au lieu du rendez-vous. Dégoûtée par la naïveté qu'elle a placée en cette rencontre, Paula va prendre un café au Starbucks d'en face. Elle y fait la rencontre d'Alex, un jeune homme dans la vingtaine qui n'est pas près d'oublier cette belle inconnue.

Tout ceci a l'air bien beau, mais dans les 634 pages suivantes, on ne fait qu'observer les tentatives franchement pathétiques des personnages pour sortir avec quelqu'un d'autre. Oui, parce que l'auteur a oublié de mentionner dans le résumé qu'on n'a pas affaire à un triangle amoureux, ni à un carré... MAIS À UN OCTOGONE.

L'octogone en question...
L'histoire est, selon moi (et mes goûts), médiocre. Il ne se passe pratiquement rien de romantique de tout le livre. En fait, les deux seuls moments romantiques sont révélés dans le quatrième de couverture, c'est pour vous dire. Sinon, le reste du temps, les personnages sont en train de mentir/tromper/faire des trucs dans le dos de leur amoureux officiel OU de se morfondre dans leur chambre en souhaitant que l'autre personne tombe amoureux d'eux. Je n'ai jamais été autant exaspérée par un livre, ça en était ridicule.

Et dire que j'avais espoir de voyager grâce au roman en découvrant la culture espagnole, de visiter de chouettes coins dans cette grande ville... Bah non. Encore une fois, les seuls éléments espagnols présents sont dans le quatrième de couverture. Je ne pense même pas qu'on ait mentionné le nom de la ville de tout le livre. L'histoire aurait tout aussi bien pu se dérouler à Ste-Monique-de-l'Espérance, fin-fond des campagnes de l'Abitibi (oui, oui, certains noms de ville au Québec ressemblent à ça ^^).

Maintenant, parlons des personnages. Pour être honnête, ils m'ont dégoûtée. Ils sont menteurs, égoïstes, infidèles, incapables de se décider... Inutile de vous dire qu'aucun ne m'a touchée. En plus, ils étaient bourrés de stéréotypes superficiels sur la beauté, du genre, Paula est blonde et jolie, tout le monde l'aime, même chose pour la moitié des personnages, mais la caissière chez Starbucks, qui, selon Alex, n'est pas assez sexy, mérite à peine son attention (pourtant, elle a été mon personnage préféré, même si elle n'est restée qu'un chapitre). Les personnages avaient très peu de personnalité, ce n'est pas le genre de personnages qu'on a le goût de devenir ami avec. Le plus pathétique, je crois, voire psychopathe, c'était définitivement Mario. Amoureux de Paula, il ne lui parle pratiquement pas, MAIS monsieur a une photo d'elle qu'il embrasse tous les soirs, son mot de passe est jetaimepaula, il ne fait que ce que Paula fait également... Et j'en passe ! Bref, on a une jolie fixation ici !

Finalement, la cerise sur le gâteau... L'écriture n'a pas de relief. Vraiment pas. Je ne sais si c'est le résultat de la traduction espagnol/français, mais j'avais l'impression que les transitions entre les phrases n'étaient pas des plus faciles ! Le format constant de Sujet-Verbe-Complément-Point-Sujet-Verbe-Point (etc) pouvait devenir très irritant au bout de quelques pages !

Bref, c'est une énorme déception pour moi, si ce n'est tout simplement le pire livre que j'ai lu de l'année (bon... L'Écume des jours rivalise pas mal dans cette catégorie :P ). D'après moi, des personnages honnêtes et moins superficiels auraient été un bon départ pour améliorer Dis-moi que tu m'aimes, avant de songer à simplifier les relations amoureuses de notre charmant octogone... Mais bon, je tiens à dire que tout ceci n'est que mon avis personnel. J'ai vu des avis sur Livraddict qui étaient très positifs, alors si ce livre vous intéresse, vous pouvez toujours l'essayer pour vous faire votre propre avis !

6 commentaires:

  1. Et beh, quelle chronique xD Je ne pense pas le lire car des personnages superficiels... très peu pour moi x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça m'a fait du bien de me défouler contre le livre :P Bref... Je ne peux qu'approuver ta décision ;)

      Supprimer
  2. Ah mince c'est vraiment dommage, le tout s'annonçait vraiment sympa et au final je comprends parfaitement ton sentiment. Je pense que je vais passer du coup aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouais, difficile d'être plus déçue :/ Pour être honnête, je crois que c'est un bon choix de passer ce livre... Je ne dis pas s'il avait 200 pages, mais 634... :P

      Supprimer