mardi 26 juin 2018

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens - Becky Albertalli

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. 

Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. 

Simplement : 1) Ils fréquentent le même lycée. 2) Blue est irrésistible. 3) Il l’apprécie énormément. 
(Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.) 

Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Martin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr…

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens - Lecture Academy Lecture ...
  • Titre VO : Simon Vs. The Homo Sapiens Agenda OU Love, Simon (pour certaines rééditions post-film)
  • Auteur : Becky Albertalli
  • Éditeur : Hachette
  • Année de parution : 2015
  • Nombre de pages : 320 pages 
♥♥♥
ou 15/20

Le mois de la Fierté gaie s'achève, aussi ai-je enfin décidé de rédiger ma chronique sur ce roman que j'ai lu à la fin du mois de mars (avec la fin de session qui a suivi, vous imaginez que je n'ai pas trop eu le temps de plancher sur mon article). Depuis sa sortie en 2015, Moi, Simon est devenu un roman-phare de la communauté LGBTQ+ dans la littérature jeunesse, alors il était grand temps pour moi de découvrir cette histoire. Certes, j'ai été charmée, mais je n'ai pas eu le coup de cœur auquel je m'attendais. Pourquoi ? 

Moi, Simon suit l'histoire de, surprise surprise, Simon, un adolescent gay n'ayant pas fait son coming out. Ça ne l'empêche pas de tomber en amour avec Blue, un internaute tout aussi gay et amoureux de lui. Par peur de représailles, les deux jeunes hommes se voient contraints de vivre leur amour dans les limites du cyber-espace... Jusqu'au jour où Simon fait l'erreur de laisser sa session ouverte à l'école et que Martin, un autre élève, le menace de tout révéler s'il ne fait pas ce qu'il lui dit.


Le roman se lit comme un suspense, tellement qu'on en vient à bout en quelques heures. Il s'agit définitivement d'une lecture facile, d'abord parce que le texte est simple à suivre, mais aussi parce que le sujet n'est pas tellement abordé avec dramatisme et lourdeur. L'histoire est souvent adorable, toutefois on ne peut s'empêcher de soupçonner la moitié des amis/camarades de classe de Simon d'être Blue, ce qui maintient constamment l'intérêt.

L'ambiance du roman fait très bonbon, c'est le genre de livre que l'on lit en se sentant toujours bien. Certes, la vie n'est pas forcément facile pour Simon, mais il est bien entouré et est plus souvent qu'autrement joyeux. Les références à Harry Potter et à la culture populaire sont nombreuses, ce qui ne manque jamais de me faire sourire. En somme, il s'agit là d'un coming of age relativement typique (du genre qui aide toujours à se sentir mieux et à s'accepter comme on est), mais l'un des rares à avoir un personnage principal homosexuel, d'où le succès qu'a eu ce roman.


Les personnages de Becky Albertalli sont définitivement agréables à suivre et bien campés pour la plupart. J'ai adoré suivre Simon et ses réflexions, il faisait un excellent protagoniste. Par contre, ma déception principale dans ce roman tient en Blue. Bien sûr, je souhaitais le voir finir avec Simon, mais je n'ai pas tellement réussi à m'attacher à lui durant tous ces échanges de courriels. Il me semblait distant. J'avais bon espoir que cela se réglerait lorsque les deux jeunes hommes finiraient enfin par se rencontrer, mais la fin du roman a été trop précipitée pour que j'aie le temps d'apprendre autre chose sur lui que son identité. Bref, j'encourageais leur romance, mais elle n'a pas satisfait mes attentes. Les autres personnages étaient chouettes, mais j'avoue que je ne m'en souviens plus tellement vu que j'ai lu le roman il y a quelques mois. Je me ferai néanmoins un plaisir de lire Leah à contretemps pour en apprendre plus sur la meilleure amie de Simon !

Pour résumer, Moi, Simon est un livre que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire, qui m'a touchée et qui était nécessaire dans la littérature jeunesse pour représenter des jeunes qui ne s'y reconnaissaient pas. Toutefois, je n'ai pas autant accroché à l'histoire d'amour que je l'aurais voulu et j'ai trouvé que la conclusion était un peu trop expéditive, ce qui fait que ce livre n'est pas un coup de cœur comme il a pu l'être pour plusieurs personnes.


Surveillez le blog, je publierai d'ici 1 ou 2 jours un article de 
recommandations LGBTQ+, pour finir le mois en beauté :) 


2 commentaires:

  1. Tu donnes bien envie de le découvrir :) surtout que j’en entends de plus en plus parler ^^
    Je serai là pour l’article :D

    Camille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça devient pas mal un incontournable, haha :P !

      Supprimer