dimanche 25 août 2019

Again, but Better - Christine Riccio

Shane has been doing college all wrong. Pre-med, stellar grades, and happy parents : sounds ideal, but Shane's made zero friends, goes home every weekend, and romance... what's that?

Her life has been dorm, dining hall, class, repeat. Time's a ticking, and she needs a change - there's nothing like moving to a new country to really mix things up. Shane signs up for a semester abroad in London. She's going to right all her college mistakes : make friends, pursue boys, and find adventure!

Easier said than done. She is soon faced with the complicated realities of living outside her bubble, and when self-doubt sneaks in, her new life starts to fall apart.

Shane comes to find that, with the right amount of courage and determination one can conquer anything. Throw in some fate and a touch of magic - the possibilities are endless.

Traduction libre

Shane a échoué l'université. Étudiante au programme préparatoire de médecine, bulletins de notes irréprochables, parents ravis : la situation semble idéale, mais Shane ne s'est fait aucun ami, retourne à la maison chaque fin de semaine et sa vie amoureuse... C'est quoi ça ? 

Sa vie se résume aux dortoirs, cafétéria, classes, répéter. Le temps avance et elle a besoin d'un changement - et il n'y a rien comme déménager de l'autre côté de l'océan pour bouleverser ses habitudes. Shane s'inscrit pour une session d'échange à Londres. Elle a bien l'intention de rectifier toutes ses erreurs : se faire des amis, séduire quelques garçons et vivre des aventures !

Plus facile à dire qu'à faire. Elle est rapidement confrontée à la réalité d'une vie en dehors du confort de sa bulle et quand les doutes commencent à s'immiscer dans sa tête, sa nouvelle vie s'effondre sous ses yeux. 

Shane devra apprendre qu'avec la bonne dose de courage et de détermination, n'importe qui peut surmonter n'importe quoi. Avec un coup de pouce du destin et une touche de magie, les possibilités sont infinies. 

  • Auteur : Christine Riccio
  • Éditeur : Wednesday Books
  • Année de parution : 2019 
  • Nombre de pages : 377 pages
♥♥
ou 17/20

À ce stade, les excuses ne valent plus grand-chose, mais la réalité est toujours bien présente : j'ai délaissé le blog durant plusieurs mois... et je n'en suis même pas réellement attristée. Panne de lecture majeure, la possibilité de passer du temps avec des amis que j'adore, une opportunité professionnelle à saisir. J'ai passé un super été et je n'ai pas eu envie de me casser la tête avec le blog. Pour être franche, j'ai même pensé tout cesser, mais j'ai finalement choisi d'arrêter de me mettre la pression avec le blog JUSTEMENT pour retrouver le plaisir de lire et d'écrire mes articles. Une roue qui tourne, donc, et si je ne devrais pas m'épuiser à la pousser, rien ne m'oblige pour autant à y mettre des bâtons dès que j'ai envie de prendre une pause. 

Me revoilà donc avec un avis que j'avais envie de partager, même si ma lecture remonte au début de l'été : le fameux Again, but Better, de la booktubeuse Polandbananasbooks. J'ai religieusement suivi Christine pendant des années, au point où je connais l’introduction de certaines de ses vidéos par cœur. Encore aujourd'hui, je la considère comme l'une de mes youtubeuses préférées, malgré que certaines de ses plus récentes vidéos aient clairement connu le même essoufflement que mon blog. Toutefois, une telle popularité dans le monde du livre ne peut que mettre la barre haute lors de la publication d'un roman... et attirer les plus sévères critiques. 


Au même moment que je recevais ma copie du livre, j'ai vu pleuvoir les avis négatifs son propos. Un peu le même phénomène que pour le livre de Sasha Alsberg (que je devrais bien lire pour me faire mon propre avis !). Alors j'ai eu franchement peur pour ma lecture... et pour les premiers chapitres... mais si je suis là aujourd'hui, c'est pour affirmer qu'il existe en fin de compte des avis positifs sur ce roman. Ne résistez plus : Again, but Better est adorable, certifié Sandrine !

J'étais pourtant comme vous au départ. D'accord, Shane est littéralement Christine. Wtf, l'amour instantané, je n'ai pas signé pour ça. Où est mon éternelle célibataire et ses histoires d'amitié ? Et cette espèce de fée marraine ne fait littéralement aucun sens. C'est moi ou le style d'écriture est un peu douteux ? J'ai fini par me laisser prendre au jeu et je n'ai pas regretté d'avoir accordé ma confiance à Christine Riccio toutes ces années. À mesure que la vie de Shane partait en vrille, j'ai retrouvé l'authenticité rassurante de l'auteure, laquelle s'est évertué de déficeler tous les raccourcis gnan gnan qu'elle avait pris avec son personnage pour berner le lecteur. Bien sûr, la lecture reste légère et mignonne, mais elle a retrouvé pour moi son objectif : défaire les complexes de perfection entourant l'expérience universitaire, tout en donnant le courage de sortir de sa zone de confort et de provoquer le destin. D'une certaine façon, même les éléments magiques dans le roman ont fini par renforcer le réalisme à mes yeux, comme si le fait d'assumer pleinement l'aspect conte de fée permettait de mettre en lumière la difficulté de certaines situations. 


En fin de compte, j'ai adoré suivre les périples de Shane à travers l'Europe, ses soirées avec ses meilleures amies et ses déboires avec la gent masculine. J'ai traversé le roman avec le sourire aux lèvres, avant de me laisser surprendre par les larmes dans les dernières pages. Pour moi, malgré des débuts difficiles, le livre réussit à trouver le juste milieu entre comédie romantique, roman réaliste sur une expérience dont on ne parle pas assez (l'université) et simili-autobiographie encourageante. 

Simili-autobiographie ? Oui, Shane ressemble énormément à Christine, au point où l'on ne peut pas s'empêcher de prendre sa voix pour lire le texte. Les références sont nombreuses, tant à l'année de son échange étudiant qu'à ses passions de fangirl. Personnellement, ça ne m'a absolument pas dérangé, entre autres parce que j'ai toujours adoré la personnalité de Christine (et les références à la culture populaire). Je crois aussi que la plupart des auteurs s'inspirent énormément de leur vécu et de ce qui les passionnent pour écrire leurs romans, sans qu'on s'en rende compte de façon aussi flagrante que dans le cas présent. Après tout, combien de ces auteurs ont partagé aussi ouvertement leur personnalité sur Internet durant plus d'une décennie avant de publier leur premier roman ? Maintenant, il faudra surtout voir si le phénomène se reproduira avec ses prochains romans : le problème ne serait pas tant que ses personnages lui ressemblent, plus que le fait qu'ils se ressembleraient tous. 


Quoi qu'il en soit, j'ai adoré ma lecture, les personnages que j'y ai côtoyé et le message que j'en ai retiré. J'aurais sincèrement aimé pouvoir lire ce livre avant ma première année d'université et je suis contente de rencontrer de plus en plus de contenu traitant des différentes expériences qu'on peut en faire : les bonnes, les moins bonnes, peu importe du moment où l'on peut dresser un portrait plus réaliste et global de cette période :) Bref, je relirai sans hésitation les histoires de Christine et j'espère qu'on pourra bientôt voir une traduction française de son roman dans les librairies ! 

3 commentaires:

  1. Wahou, tu me donnes super envie de m'y plonger! Comme toi j'ai pas mal suivi Christine, j'adorais ses vidéos :D
    Sinon, bon courage pour reprendre ton blog, je sais ce que c'est, j'ai aussi eu une passe à vide... Je continuerai à passer par là pour te motiver :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille franchement, je crois que ça prend seulement un temps d'adaptation pour bien arriver à s'immerger dans l'histoire :)
      Merci beaucoup pour tes commentaires sur le blog ces derniers temps, ça me fait sincèrement plaisir ^^

      Supprimer