jeudi 23 mars 2017

Feu Couleur #1 - Jenny Valentine

Tout brûle autour d'Iris.

Ernest, son père, qu'elle a très peu connu, est sur le point de mourir. Avant de s'éteindre, il aimerait partager avec elle sa passion de la peinture et lui faire découvrir sa magnifique collection, à laquelle il a consacré sa vie. Les plus grands noms de la peinture y figurent : Miro, Chagall, Picasso, Modigliani... Et sa dernière acquisition : Feu Couleur #1, d'Yves Klein.

Mais la mère d'Iris, avide et à court d'argent, n'entend pas laisser échapper une telle aubaine. À ses yeux, les tableaux ne sont rien d'autre que les sommes fabuleuses qu'ils représentent. Elle pourra enfin vivre dans le luxe facile auquel elle aspire. Et elle est prête à tout pour faire main basse sur l’héritage. 

Dans cette situation, Iris aurait tellement besoin de compter sur quelqu'un. Mais Thurston, son meilleur ami, son seul ami, a disparu du jour au lendemain, comme un feu follet.

Alors, que va faire Iris maintenant que tout brûle ? 

  • Titre VO : Fire Colour One
  • Auteur : Jenny Valentine
  • Éditeur : L'École des Loisirs
  • Année de parution : 2017
  • Nombre de pages : 231 pages

♥♥♥
(ou 16/20)

Je ne m'attendais à rien. Non, vraiment à rien. Je ne connaissais pas ce livre, je ne m'attendais pas à le recevoir, je m'attendais encore moins à ce que la maison d'édition française L'École des Loisirs ne me contacte pour me proposer un partenariat. Et le plus beau, c'est que ce fut une excellente surprise sur toute la ligne. Un énorme merci à L'École des Loisirs pour l'envoi ! 

Ce n'est pas qu'une métaphore quand on affirme que tout brûle autour d'Iris : les problèmes lui donnent généralement envie de craquer une allumette et de réduire en cendres le monde autour d'elle. Voyez-vous, Iris est pyromane dans l'âme et sa vie plutôt misérable (gracieuseté d'Hannah, sa mère qui préfère l'argent et les apparences à sa progéniture) n'aide en rien à calmer ses pulsions. Sauf peut-être Thurston, son meilleur ami pour le moins extravagant... mais voilà qu'Hannah la force à quitter d'urgence les États-Unis pour aller arnaquer un père qui n'a jamais voulu d'elle, qui est mourant et qui est surtout millionnaire. 

Dès le premier chapitre, Feu Couleur #1 m'a fait penser à une combinaison entre Le Soleil est pour toi et les livres de Cat Clarke, c'est dire à quel point il m'a semblé prometteur. Après coup, les ressemblances se sont estompées pour laisser place au style de Jenny Valentine, tout aussi plaisant, par ailleurs. Le livre avait une ambiance très particulière, à la fois explosive, vu la personnalité de certains personnages, et paisible, grâce à la plume de l'auteure. 

C'est le genre de roman qui se lit tout seul, tant les mots s'enchaînent avec fluidité. Sans qu'il y ait un véritable suspense, le lecteur est immédiatement aspiré dans les entrailles du bouquin et n'en ressort qu'après avoir complété sa lecture. J'ai bien aimé les références à l'art, bien présentes dans l'histoire. J'ai aussi dévoré tous les souvenirs de la vie d'Ernest, le mourant, et ceux des moments passés en compagnie de Thurston, lesquels étaient d'une sincérité désarmante. Candeur et amertume s'affrontaient constamment au fil des pages, contraste qui rythmait bien l'histoire. 

L'écriture de Jenny Valentine était très simple et sereine, mais elle parvenait sans problème à véhiculer les émotions et les images. Je dois cependant déplorer un certain manque de clarté en ce qui a trait à l'évolution chronologique de l'histoire. Vous aurez compris qu'elle contient de nombreux retours dans le passé, toutefois il n'était pas toujours évident de savoir où l'on se trouvait par rapport à l'intrigue. Il m'est d'ailleurs arrivé de lire une page complète en croyant qu'Ernest s'adressait à Iris, pour finalement comprendre que cette dernière se remémorait un échange avec Thurston, quelques mois plus tôt. 

Les personnages m'ont beaucoup plu. Déjà, c'était la première fois que je lisais une histoire à propos d'une pyromane, ça m'a bien surprise ! Sinon, Iris est un personnage bien construit, intéressant à suivre. Elle a un bon caractère. J'ai adoré la spontanéité de Thurston, mais j'aurais aimé que l'auteure reste un peu moins en surface à propos de lui. Il demeurait néanmoins très mystérieux et grandiose. Ernest est à mon avis l'un des meilleurs personnages du roman. L'intrigue qui l'entoure saura capter l'attention de n'importe qui, j'en suis certaine. C'était également un personnage attachant aux motivations complexes. Finalement, j'ai détesté Hannah bien comme il faut. J'aurais bien aimé qu'Iris la fasse cramer. 

En résumé, Jenny Valentine nous livre ici un superbe roman sur la confiance aveugle que l'on place dans les autres et dans les apparences. Une lecture plaisante qui ne se laisse pas facilement mettre de côté. Je suis ravie d'avoir pu découvrir la plume de cette auteure et j'ai certainement bien envie d'essayer ses autres romans !

Merci à L'École des loisirs pour cette belle lecture ! 
Logo_ecole_des_loisirs.jpg

10 commentaires:

  1. Ah génial moi aussi j'ai été contacté il y a plusieurs mois pour un partenariat, ils ont des ouvrages vraiment au top :D Félicitations !!

    RépondreEffacer
  2. Je ne connaissais pas non plus ce livre mais il a l'air génial :)

    RépondreEffacer
  3. Je ne connaissais pas du tout mais tu m'intrigues :p

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. En espérant que tu puisses le lire prochainement ;)

      Effacer
  4. je ne connaissais pas mais tu donnes bien envie de le decouvrir :)

    Camille :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Génial, parce qu'il en vaut la peine ^^ !

      Effacer
  5. Je ne connaissais pas du tout et tu donnes super envie *-* !!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'espère que tu auras l'occasion de le lire :D !

      Effacer