vendredi 6 janvier 2017

Le Passage de la nuit - Haruki Murakami

Que se passe-t-il après les douze coups de minuit ? 
Mari rencontre un musicien dans un bar, sa sœur partage à son insu le sommeil d'un inconnu... Pour les âmes solitaires d'une ville assoupie, les expériences se succèdent, entre fantasmagorie et réalité. Le lecteur, voyeur protégé par l'obscurité, palpe les rêves inquiétants des acteurs de la nuit. 

  • Titre VO : Afuta Daki (Japon)
  • Auteur : Haruki Murakami
  • Éditeur : 10/18 ou Belfond, selon l'édition VF
  • Année de parution : 2007
  • Nombre de pages : 230 pages

(ou 17/20)

J'avais lu le roman L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, du même auteur, pour mon cours de littérature du monde et ça avait été un coup de cœur monumental. Après, j'étais impatiente de découvrir d'autres titres de Murakami, aussi n'ai-je pas pu résister lorsque Martine d'Interforum Editis Canada m'a proposé de m'envoyer d'autres livres de cet écrivain : merciii ! 

Je ne pourrai pas vraiment vous résumer le roman sans a) vous révéler pas mal toute l'intrigue b) me mélanger, car il y a plein de choses que je n'ai pas comprises. Alors je me contenterai de vous dire ceci : nous avons Mari, une jeune étudiante qui a décidé de passer la nuit hors de chez elle, à errer en ville. Son chemin croise celui de Takahashi, un musicien qui avait déjà fréquenté sa sœur. Parallèlement, nous avons justement cette dernière, plongée dans un profond sommeil. Oui, elle ne fait que dormir, mais elle est aussi observée. Voilà, c'est tout. 

C'est vraiment tout ? Oui, parce que ce roman n'est pas un livre où l'intrigue est prioritaire, loin de là. Si vous cherchez un bouquin avec des péripéties à n'en plus finir, cherchez ailleurs, car ce livre va vous ennuyer profondément. Même chose si vous voulez que toutes vos questions soient répondues à la fin du livre : aucun questionnement ne sera répondu ici.... Ou alors, ce qui s'approche le plus d'une réponse vous laissera avec 95 autres questions. Ce livre est plutôt un roman d'ambiance, un roman où la relation entre la ville, la nuit et les gens est mise de l'avant. C'est un livre bourré de métaphores et où le réalisme magique prédomine sur tous les autres genres (il y a bien un semblant d'intrigue policière, mais elle s'efface bien vite au profit de phénomènes inexplicables. Et c'est parfait comme ça). C'est un livre qui demande d'être analysé sous toutes ses coutures, d'être relu et qui restera malgré tout sans réponse claire. Bref, ce n'est pas nécessairement un livre pour tout le monde, surtout si vous cherchez une lecture sans prise de tête. J'ai, pour ma part, beaucoup aimé, mais je suis très loin d'avoir tout compris. 

Les personnages m'ont bien plu, par leur diversité et le mystère qui planait autour d'eux. Ma préférée (et celle qui revenait le plus souvent dans le roman) était bien sûr Mari ♥ J'ai bien aimé son style hispter japonaise, haha ! Elle était un peu désabusée, elle n'avait rien de précis à faire, pas de but dans l'histoire, elle ne faisait que passer le temps, se retrouver dans des situations étranges. Takahashi était plutôt étrange... Parfois je l'aimais bien, parfois je le trouvais royalement sexiste (oulala, Monsieur est tout étonné de rencontrer une fille qui s'y connaît un peu en musique. C'est vrai qu'il n'y a que les mecs qui peuvent savoir c'est quoi un trombone)(remarque, selon Wikipédia, le Japon n'est pas vraiment le pays le plus avancé sur le plan du féminisme. Faut croire qu'ils ont tout mis dans les jeux vidéo :P ). Il changeait aussi vite ses intérêts de place (ta jolie sœur est inaccessible ? Oh, en passant, tu n'es pas mal toi non plus). Mais bon, je m'en fiche un peu, puisque c'est loin d'être un roman centré sur les relations ou sur le comportement des personnages. Sinon... Eh bien, on ne peut pas dire qu'Eri était très active ! 

J'ai encore une fois adoré l'écriture de Murakami. J'ai particulièrement aimé le point de vue qu'il a pris pour la narration, comme si le lecteur était une caméra qui admirait la ville de haut et qui pouvait zoomer comme bon lui semble (ce n'est pas juste un narrateur omniscient... Il utilise vraiment des termes de cinéma). Le style d'écriture était très recherché, tout comme les parties magiques, qui devenaient carrément des métaphores complexes. 

Pour conclure, je suis encore plus impatiente de parcourir l’entièreté de l'oeuvre de Murakami. J'ai déjà Chroniques de l'oiseau à ressort dans ma PAL (900 pages, je ne vais pas m'ennuyer, haha), mais je risque de ne pas m'arrêter là ! Je vous conseille définitivement cet auteur si vous vous intéressez à la culture japonaise (moi, je dirais surtout que je m'y intéresse beaucoup plus depuis que je lis ses livres... Et puis, il y a les sushis ♥) ou si vous aimez les livres qui se lisent comme des énigmes. Le réalisme magique dans l'oeuvre y ajoute également une touche unique ! À lire :D

Merci à Interforum Editis Canada pour l'envoi !

2 commentaires:

  1. Je ne sais pas vraiment si j'aimerais. J'aime les romans avec une ambiance travaillée, mais l'histoire a l'air un peu confuse. Je garde l'auteur en tête pour une éventuelle découverte du Japon.. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, je vois ce que tu veux dire... ;) Mais je dirais que, durant la lecture, l'histoire n'est pas confuse... C'est toutes les questions restées sans réponse qui sèment cette confusion par la suite ! Mais bon, si tu dois vraiment lire un livre de cet auteur, je te conseille surtout L'incolore Tsukuru Tazaki ♥

      Supprimer