lundi 18 janvier 2016

Ma raison d'espérer (T.2) - Rebecca Donovan

Tu es le sens de ma vie, la raison de chacun de mes actes.
 Et je ne changerai ça pour rien au monde. 

Emma commence doucement à réapprendre à vivre aux côtés d'Evan et de Sara. Hantée par des cauchemars terribles, elle décide de donner une seconde chance à sa mère, qui l'a abandonnée, espérant trouver un sens à sa souffrance. Mais elle doit aussi affronter le regard des autres : ceux qui s'en veulent de ne pas l'avoir soutenue, ceux qui la jugent mais aussi ceux qui, surgissant de son passé, ont encore bien des révélations à faire sur sa vie d'avant...

  • Titre VO : Barely Breathing
  • Auteur : Rebecca Donovan
  • Éditeur : Pocket Jeunesse 
  • Année de parution : 2015
  • Nombre de pages : 608 pages

(ou 16/20)

Attention !! Cette chronique contient des spoilers sur le premier tome, Ma Raison de vivre. Si vous n'avez pas encore lu le tome un, je vous conseille de plutôt lire la chronique que j'en ai fait ici.

Ce deuxième tome est probablement un de ceux que j'attendais le plus cette année. Si vous avez lu le tome un (ce que j'espère fortement si vous êtes toujours en train de lire), vous savez à quel point la fin est frustrante et dévastatrice. Elle m'a donné un coup dont je ne me suis jamais remise. Bref, je remercie Interforum Editis Canada d'avoir abrégé mes souffrances en m'ayant envoyé Ma raison d'espérer dès sa sortie canadienne ! Même si j'ai finalement attendu quelques semaines avant de le lire...

Bon, comment décrire ce deuxième opus...? Il est fait d'une bonne dose de contradictions, oui, c'est ça. Il est tout en lenteur et en rebondissements. En grandes joies et en horribles déceptions. En frustration et en moments attendrissants. 

Je tiens d'abord à vous rassurer, si jamais vous n'aviez pas encore compris : Emma a survécu à l’assaut de Carol. Oui, voilà, vous pouvez respirer. Bien sûr, passer aussi près de la mort laisse des séquelles difficiles à surmonter. Cauchemars, paranoïa. traumatismes. Heureusement, Emma peut compter sur Evan, Sara et d'autres personnes insoupçonnées pour lui venir en aide. Peu à peu, elle réapprend à vivre et décide même de donner une deuxième chance à sa mère : elle emménage chez elle dans l'espoir de vivre une vraie vie de famille... Toutefois, la cohabitation devient vite ardue alors que de sombres souvenirs et vices du passé refont surface. Emma ne pourra donc jamais vivre en paix ? 

Je serai honnête avec vous : autant je peux aimer cette série de tout mon cœur, autant je serais d'avis pour retrancher une centaine de pages à chaque tome. C'est la seule raison qui m'empêche de donner un coup de cœur à ce livre. Il faut au moins 200 pages à Ma Raison d’espérer pour que l'action embarque. Et encore. L'avantage à ça, c'est qu'on a vraiment l'occasion de se fondre dans le quotidien d'Emma, de vivre tous les événements pas à pas et de ressentir la familiarité de ses relations avec les autres personnages. Mais on perd quand même de l'intérêt au fil des pages. 

Cependant, Rebecca Donovan a un style d'écriture remarquable, ce qui atténue les longueurs. Ces centaines de pages pauvres en action véritable en auraient paru comme des milliers, si elles étaient provenues de la plume d'un autre auteur (bon. De la plupart des autres auteurs). Son style, quoique pas particulièrement poétique, est tellement fluide qu'il nous emporte tout de suite dans le quotidien d'Emma avec une force incroyable. On ne se demande plus pourquoi on lit ces passages, on ne fait que les vivre pour notre plus grand bonheur (Evaaaaaan ♥♥♥) ou rager désespérément contre des événements qui nous dépassent. 

Bref, j'aurais aimé que le principal intérêt du livre, à savoir la relation difficile entre Emma et sa mère, déboule plus rapidement dans le roman, mais j'ai quand même passé un bon moment avant à suivre Emma. Il faut dire que ce n'est même pas une surprise : c'est CLAIR qu'il y a quelque chose de louche avec Rachel, la mère d'Emma. Sa présence me rendait constamment mal à l'aise, pour la simple et bonne raison qu'elle ne se comportait pas du tout comme une mère. Par contre, une fois que les événements se déchaînent, laissez-moi vous dire que l'auteure n'y va pas de main morte. Vous pensiez que la fin du tome un était dure à lire ? Attendez de voir celle-là. 

Je ne reviendrai pas trop sur les personnages principaux, puisque je pense avoir dit l'essentiel dans ma chronique du tome un : Emma est beaucoup plus forte et têtue qu'elle ne devrait l'être, Sara est une amie exceptionnelle et Evan est franchement l'homme de ma vie, de mes rêves, de TOUT. Bon. Ce n'est pas pour rien qu'il était dans les gagnants de mes personnages masculins préférés de 2015.  C'est simple, mon cœur manque un battement à chaque fois qu'il apparaît. Sinon.... J'aurais bien aimé que l'auteure développe un peu plus l'autre partie de la progéniture Matthews, parce que son frère Jared a l'air plutôt pas mal aussi. J'ai bien aimé Jonathan (je ne vous dis pas son rôle tout de suite !), même s'il me faisait plutôt peur au début et à la fin. Disons que c'était un personnage intéressant pour sa complexité. 

En résumé, Ma raison d'espérer est un roman un tout petit peu décevant par rapport au premier tome, même si vous retrouverez très vite avec délectation ces personnages si attachants que vous aviez rencontrés dans Ma raison de vivre. L'auteure communique les émotions à la perfection à travers une écriture limpide. Et la fin vous @*&#*(#&$?*. Voilà ! J'attends avec impatience le dernier et troisième tome, même si je me demande un peu ce qui va arriver de pire après tout ça. 

Merci à Interforum Editis Canada pour l'envoi !


6 commentaires:

  1. J'ai le même avis que toi sur ce roman, un peu decevant mais très bien quand même ! hâte de lire le tome 3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mettons tous nos espoirs dans le dernier tome alors ^^

      Supprimer
  2. J'avais été un peu déçu du tome 1, à la vue de ta chronique je pense que j'aurai le même avis sur le 2 donc je le lirai pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, oui alors, ça serait peut-être mieux... Tant pis !

      Supprimer
  3. Bon, je n'ai pas lu ta chronique car je n'ai pas encore commencé cette saga, mais ça me booste pour m'y mettre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahah, je comprends ;) Merci quand même pour ton commentaire ^^

      Supprimer