mardi 26 février 2019

Anna Caritas (T.1 et 2) - Patrick Isabelle

Le retour de Marianne Roberts au prestigieux collège Anna Caritas semble avoir enclenché une série d’événements bizarres dans la petite ville de St-Hector. William Walker n’a jamais cru à ce genre de phénomène. Pourtant, lorsque ses amis et lui décident d’interroger l’au-delà, ils réveillent quelque chose d’étrange dans la maison de Sabrina et, bientôt, cette force surnaturelle semble s’attaquer à eux sans répit. Forcé d’admettre son impuissance face à l’ennemi invisible, William, accompagné de ses fidèles complices, Anthony et Gabrielle, n’aura pas d’autre choix que de se tourner vers celle qu’il essayait d’éviter à tout prix: Marianne.

 
  • Titres : Le Sacrilège (T.1), Les Damnés (T.2)
  • Auteur : Patrick Isabelle
  • Éditeur : Les Malins (Québec), Éditions Kennes (France)
  • Année de parution : 2018
  • Nombre de pages : 328 et 374 pages
Coup de 
(ou 18/20)

Avant toute chose, j'aimerais m'excuser à Patrick Isabelle. M'excuser de ne pas avoir davantage cru en lui. Ce n'est pas pour être désagréable, mais j'ai commencé ma lecture avec des attentes plutôt basses et un scepticisme flagrant. À vrai dire, je ne sais même plus très bien pourquoi j'ai jeté mon dévolu sur Anna Caritas à la bibliothèque, considérant que les derniers films d'horreur que j'ai regardés ont fini par me faire rire et que les derniers romans du genre ayant atterri entre mes mains m'ont tous profondément déçue. Et voilà que j'ai ce superbe coup de cœur pour Anna Caritas. J'ai l'air de quoi, hein ? J'imagine que c'est le karma pour ne pas avoir laissé une chance à Patrick Isabelle plus tôt. 

L'histoire suit William Walker, un adolescent de secondaire 2 tout ce qu'il y a de plus normal, bien que le collège qu'il fréquente soit perdu au milieu de nulle part. Jusque-là, tout va bien. Un soir, William est traîné de force par son meilleur ami dans un party organisé par Sabrina Viau. Si William pensait que son pire cauchemar était de se retrouver coincé au milieu d'une bande d'adolescentes pompettes, il n'avait certainement pas envisagé toutes les alternatives, l'une d'elles étant : libérer une entité en jouant au Ouija, voir la moitié de la ville se faire saccager, frôler la mort de diverses manières, devoir s'en remettre à Marianne Roberts (alias la fille la plus terrifiante de St-Hector)... et j'en passe. Reste à voir si le collège Anna Caritas se relèvera de tous ces drames. 


Dès les premières pages, j'ai été happée par l'histoire. Moi qui n'avais prévu lire que quelques pages, j'ai fini par décoller les yeux du bouquin vers 1h30 du matin, vaguement terrifiée par la noirceur de ma maison. Les prologues de ces livres sont géniaux, j'adore leur ton et leur mystère, mais ce n'est rien comparé à la suite du roman. L'intrigue d'horreur fonctionne à merveille, pour une rare fois dans ma vie je n'ai pas levé les yeux au ciel toutes les 5 pages, je n'ai pas été déçue par la tournure des événements, je n'ai pas ri des passages qui se voulaient tragiques, au contraire. J'ai réussi à me laisser prendre au jeu et j'ai trouvé la grande majorité du récit assez plausible (ce qui le rendait donc terrifiant, hourra !). Pour une fois, une intrigue impliquant esprits, possessions, bâtiments abandonnés, etc. a continué dans cette direction et ne s'est pas soldée par un kidnapping magique impliquant des crocodiles et des rayons lasers (JE N'INVENTE RIEN). Bref, l'ambiance fait froid dans le dos, elle remplit amplement sa mission sans être risible. 


L'une des raisons qui expliquent mon coup de cœur concerne les personnages. Trop souvent, dans les films d'horreur, je me fiche éperdument de ce qui peut bien arriver aux personnages (qui n'ont jamais de personnalité, d'ailleurs). C'est tout sauf le cas dans Anna Caritas, où l'on nous présente une bande d'adolescents attachants à l'attitude réaliste. J'y ai reconnu certaines de mes habitudes au secondaire, certaines de mes amitiés... du moins avant que la panique se généralise à St-Hector, haha. Certes, j'ai parfois remis en doute les réactions des parents ou des adolescents au milieu du chaos, mais c'est difficile de dire comment j'aurais moi-même réagi dans une telle situation ET je vous assure que ce n'est rien qui dérange réellement la lecture. 

Quoi qu'il en soit, j'ai eu un gros coup de cœur pour William, tant pour son comportement bienveillant que pour ses relations d'amitié ♥ J'ai aussi aimé son côté un peu nerd et discret, bien qu'il cesse assez rapidement de se faire discret/nerd une fois aux prises avec quelques problèmes d'exorcisme (d'autres chats à fouetter, tsé). J'ai aussi adoré ses amis Anthony et Gabrielle, bien que mes sentiments face à eux fluctuent au cours du roman. Finalement, Marianne Roberts s'est avéré être un personnage extrêmement intéressant et complexe. J'ai beaucoup aimé la voir être confrontée à William, Anthony, Gabrielle et Sabrina, pour le meilleur comme pour le pire. Sa présence rajoute beaucoup de dynamisme et de tension au roman.


Patrick Isabelle fait un super travail d'écriture pour ce roman, les effets dramatiques et - surtout - horrifiques sont parfaitement réussis. J'avais déjà entendu d'excellents commentaires de la part d'une collègue sur son roman Eux, mais là, je constate et confirme par moi-même. Seules quelques petites phrases éparpillées semblent manquer de justesse (je me demande encore comment Gabrielle a pu se taper un fou rire à la simple vue de voitures stationnées), mais en général, ça se lit tout seul. La fluidité du texte contribue définitivement à l'effet addictif et est d'autant plus importante du fait que j'imagine bien cette série plaire à un public adolescent/masculin/réticent à la lecture (mais pas que, j'en suis bien la preuve) ! 

En conclusion, vous avez dû comprendre que cette série s'est avérée être pour moi une excellente découverte et que j'ai excessivement hâte de lire la suite (bon j'avoue qu'il me reste encore à terminer le deuxième tome, mais j'avais trop hâte de vous en parler). Vous pouvez aussi être certains que je vais me faire un plaisir de lire les autres livres de Patrick Isabelle, sans oublier toutes ses notes biographiques sur les quatrièmes de couverture de ses romans, parce que celles figurant derrière Anna Caritas sont franchement très drôles. 

3 commentaires:

  1. Ça donne envie ! C'est une saga qui me tente depuis quelque temps. Contente de voir que tu as autant aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te la recommande à 100% ^^ J'ai vraiment hâte de lire la suite !

      Supprimer
  2. Très bon livre j’ Lu le premier et le deuxième tomes excellent ja temps le troisième avec une grande pascience j’ai hâte de vous lire

    RépondreSupprimer